lundi 20 février 2012

Projets pilotes iPad: quelques bilans intermédiaires.

Cette semaine plusieurs articles font le point sur les expérimentations iPad en cours en France et aux Etats-Unis. 
Pour les expérimentations françaises, Le Café Pédagogique a interviewé plusieurs enseignants français participant dans plusieurs académies françaises Dans ce cadre, enseignants et élèves qui ont l’opportunité de tester les tablettes  dans des procédures différentes (soit un prêt temporaire, soit une dotation à l’établissement pour équiper une classe de quelques tablettes ou tous les élèves d’une même classe).  
Il est à noter que ces expérimentations sont soutenues par des partenaires économiques (opérateur ORANGE) et que les enjeux économiques sont très importants.

Les enseignants relèvent surtout les avantages pratiques de la tablette: « les élèves se servent généralement de la tablette en classe comme d’un outil de références, à côté du classeur et de la trousse, du fait de son faible encombrement. Des documents peuvent être mis à leur disposition sur l'ENT, qu'ils peuvent ensuite importer très rapidement sur la tablette (pdf, document texte). »

les enseignants de lettres sont surtout séduits par les possibilités pour l'élève de jouer avec le texte, de le recomposer, de l'annoter. Sur le site de l’expérimentation TEN (voir liens ci-dessous), Astrid Dubost explique comment elle fait manipuler les mots d’une phrase aux élèves lors d’un exercice de grammaire ; cette manipulation se fait également en cours de latin. 

Plusieurs enseignants remarquent également que les tablettes permettent d'autres manières de collaborer pour les élèves. On peut ainsi voir des élèves se regrouper autour d’une même tablette et se prêter à des échanges et des commentaires. C’est ainsi un esprit d’équipe qui est permis par cet outil : « le groupe classe traditionnel explose. Instinctivement, les élèves se rapprochent par groupes de compétences." commente un enseignant. 

Constat: Pour l’instant, la maintenance des tablettes et l’enrichissement de leur contenu sont vraiment très lourds mais, de l'avis des enseignants expérimentateurs,  les usages en classe permis sont, eux, suffisamment pertinents pour s’y astreindre. 

Aux USA, on s'est plutôt intéressé à l'effet de motivation qu'on associe si souvent à des projets iPads. Force est de constater que dans les projets pilotes en cours dans le South Bay, l'enthousiasme des élèves et des enseignants s'éffritent gentiment. Ainsi,  si au début du projet en novembre, 82% des enseignants pensaient que l'iPad allait apporter des pratiques innovantes, en janvier ce cette année, ils ne sont plus que 68% a attendre de l'iinnovation dans les pratiques pédagogiques. Du côté des points forts, les enseignants apprécient de pouvoir limiter leur travail de correction en proposant aux étudiants des tests auto-correctifs via la tablette. 

Malgré tous les avantages et désavantages qui émergent de ces expérimentations, il  y a fort à parier que la décision finale quant à la généralisation de telles pratiques sera financière. En effet, les coûts du One to One (avec les tablettes actuellement disponibles sur le marché) dépassent largement les budgets. 

On ne peut qu'espérer que le suivi scientifique de ces projets se poursuivra dans la durée. 

Les liens: 

France: 

Article d’Eduscol sur le déploiement des tablettes :
Projet TEN du CRDP de Versailles :
Expérimentation à Lyon (site de Lettres)  :
Serveur académique bordelais d'ebooks SELINUM : 
Article d’Antoine Compagnon, « Ma machine à relire », Huffington Post
Blog d’Astrid Dubost avec le lien vers son interview télévisée

  USA

Cet article contient une vidéo de classe. 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire