lundi 12 septembre 2011

 Dans son blog Veille et analyse TICE, Bruno Dechauvelle commente sur l'émergence rapide des tablettes et Smartphones et leur impact possible dans la classe.

http://www.brunodevauchelle.com/blog/archives/885

L'idée à retenir:

"La croyance répandue d’un potentiel de changement pédagogique des TIC est encore suffisamment vivace dans les esprits et aussi dans de nombreux propos pour ne pas être dénoncée ici. Le potentiel pédagogique et didactique du numérique est d’abord et avant tout un soutien potentiel à l’évolution pédagogique et didactique. Si les TIC ne changent pas la pédagogie et n’améliorent pas les résultats des élèves, alors à quoi bon s’escrimer à les utiliser dans la classe. Les TIC ne changeront jamais la pédagogie, mais la pédagogie et la didactique sont obligées d’évoluer à cause des TIC. Tablettes et smartphone sont en train d’inviter à des évolutions importantes : par exemple la révolution de l’évaluation peut s’appuyer sur le fait que les TIC, si elles sont présentes en proximité des élèves tout le temps, rendent absurdes une grande partie des modalités d’évaluation. De même, elles invitent à déplacer complètement le rapport aux sources des documents, non seulement parce qu’elles sont directement accessibles, mais aussi parce que désormais on se doit de les mettre en question avant même d’y avoir accès. Enfin si l’on considère les pratiques d’échange et de mutualisation spontanées entre les jeunes avec les TIC, pourra-t-on continuer longtemps encore conserver des salles de classes composées de tables, de chaises, en rang d’oignon, avec un bureau et un tableau en face ?
Au delà des gadgets, smartphones et tablettes sont déjà en train de semer le trouble, encore un peu plus que ne l’ont fait les ordinateurs et internet. En fait ils se rapprochent de plus en plus de chacun, c’est à dire qu’ils développent une nouvelle intimité que les premiers propos sur l’extimité avaient laissé envisager, mais d’une autre manière. Plutôt que de s’exposer en public, c’est plutôt le mouvement inverse qui se produit, les machines collent de plus en plus à la peau !"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire